Propos sur la poésie, Variété, Paul Valéry

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Propos sur la poésie, Variété, Paul Valéry

Message par Godelieve le Sam 27 Sep - 20:02

« Propos sur la poésie », Paul Valéry, extrait de Variété

Mot poésie a deux sens, deux fonctions distinctes:
- un certain genre d’émotions, un état émotif particulier, provoqué par des objets ou des circonstances diverses.
-un art, industrie dont l’objet est de reconstituer l’émotion que désigne le sens premier du mot.

Le poète a pour objectif de restituer l’émotion poétique à volonté, en dehors des conditions naturelles où elle se produit spontanément, au moyen des artifices du langage.

Confusion des deux notions = jugements, théories et ouvrages erronés.

L’émotion poétique, l’état émotif essentiel:
Émotions ressentis lors d’un spectacle ou évènement important. Se distingue des autres émotions humaines: sensation différente de tristesse, fureur crainte…
Sensation d’univers: émotion poétique, tendance à percevoir un monde ds lequel les êtres, les choses, les évènements, les actes sont ds une relation indéfinissable ac les modes et lois de notre sensibilité générale. Ils changent de valeur, ils deviennent musicalisés, commensurables. Univers poétique proche du rêve: un monde fermé où ttes choses réelles peuvent être représentées, ms où elles paraissent et se modifient par les seules variations de notre sensibilité profonde. Les deux univers s’installent de la même manière: parfaitement irrégulière, inconstance, involontaire, fragile, nous le perdons comme nous l’obtenons, par accident. Période où cette émotion ne se manifeste pas. Le hasard les donne et les retire. Mais l’homme a cherché les moyens de fixer et de reproduire les plus purs, les plus beaux états de soi-même : tous les arts ont été créés pour perpétuer les moments d’éphémères délices. Peinture, musique, architecture… = moyens de reproduire un monde poétique, l’organiser pour la durée. Le meilleur moyen est le langage.
Mais vers très difficiles, voir impossibles à faire, le plus authentique mais le plus difficile moyen.
Langage est instrument, outil formé par la pratique et asservi à elle, dc moyen nécessairement grossier, utilisé par chacun.
Qualités du langage pour le poète:
- ses propriétés ou possibilités musicales
- ses valeurs significatives illimités

Elles sont aussi les moins défendues contre les abus et usages des individus.
Langage tout le contraire d’un instrument de précision et n’a rien d’un moyen de poésie.
Poète doit dc utiliser le langage courant à des fins exceptionnelles.
Pour le musicien c’est plus simple: on distingue plus nettement le son du bruit, on perçoit immédiatement le contraste du pur et de l’impur. Poète lui n’a aucune certitude, pas de métronome, de gamme et d’harmonie, si ce n’est celle des fluctuations phonétiques et significatives du langage. De plus langage agit sur plusieurs sens alors que le son n’agit que sur l’ouïe. Chaque mot assemble plusieurs sons (autant que d’hommes dans chaque province) et plusieurs sens. Chose complexe: le fond et la forme peuvent ne pas être liés. On peut étudier un texte de plusieurs façon: sémantique, syntaxique, logique, rhétorique, métrique, étymologique…
Poète doit satisfaire à l’harmonie ms aussi à des conditions intellectuelles variée: logique, grammaire, sujet du poème, figures et ornements, règles conventionnelles.
Cela donne deux grands modes: la prose et le vers. Le langage a pour limites la musique d’un côté, l’algèbre de l’autre.
Poésie = danse, prose = marche
Marche, comme prose, tjs un objet précis, acte dirigé vers objet dont but est de la joindre.
Danse, comme poésie, ne va nulle part, n’a pour fin qu’elle-même, ne poursuit rien ou un objet idéal, un état, un volupté, un ravissement de soi-même…
Cependant, les deux usent des mêmes organes, poésie et prose utilisent les mêmes mots, les mêmes timbres.
Le langage dans la prose n’est qu’un moyen dont il ne reste aucune trace une fois le but accompli, il est remplacé immédiatement par son sens. Le discours n’a qu’un but: la compréhension.
Au contraire, le poème ne meurt pas pour avoir servi, il est fait pour redevenir infiniment ce qu’il est. Poésie provoque l’esprit à la reconstituer tel quelle. Il y a une égalité de valeurs et de pouvoirs entre la forme et le fond, entre le son et le sens, entre le poème et l’état de poésie. Echange harmonique constant entre impression et expression. Poésie s’oppose ainsi à tte prose, qui est description, narration d’évènement qui tendent à donner l’illusion de réalité.
Lecteur de prose est un cerveau séparé de ses forces extérieurs, livrés aux images.
Lecteur de poésie est possédé par un sentiment intense qui ne laissent aucune de ses puissances à l’écart.
Le poème se déploit dans un domaine plus riche de nos fonctions de mouvement, exige une participation proche de l’action complète. Conte et roman transforme plutôt le lecteur en sujets du rêve et en faculté d’être hallucinés.

Faire des vers:
Il ne suffit pas d’être inspiré, poétique n’est pas l’effet du hasard ou d’une communication surnaturelle, poète n’est pas passif. Le poème est le fruit d’un labeur, d’un travail soutenu, le produit de la volonté et de l’analyse, exige bcp de qualités.

Godelieve

Nombre de messages : 7
Age : 26
Date d'inscription : 19/09/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum